fbpx

Dès le 9 août,  les clients des cafés, bars et restaurants devront avoir en leur possession un pass sanitaire valide.

Que risquez-vous si vous ne les contrôlez pas ? 

 

La saison estivale est l’une des périodes que les restaurateurs préfèrent. Mais cette année, c’est différent. Le manque de main d’œuvre et la mise en place du pass sanitaire rendent les choses difficiles.

« Au mois d’août, on fait des journées où on a, au plus fort de la saison, 400 couverts, je vous laisse imaginer de perdre ne serait-ce que 30 secondes par client, ce que ça peut représenter à la fin de la journée » explique Jérôme Abenhaim, patron du restaurant le Goldwing à France 3.

Tarek Tarrouche, président de l’UMIH de Vendée, a même lancé  « un appel à tous les retraités de la Vendée pour venir en aide aux restaurateurs, pour le contrôle du pass sanitaire ».

En cas de manquement au contrôle du pass sanitaire, le gouvernement a prévu des sanctions administratives pouvant aller jusqu’à la fermeture de l’établissement. 

Dès le troisième manquement sur 45 jours, l’employeur encourt un an d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende.

Malgré les demandes des syndicats du secteur, les terrasses seront également sujettes au contrôle du pass sanitaire.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !