fbpx

Les Français se réjouissent du retour à la vie normale, mais dans certains départements, les restrictions font leur grand retour au sein des établissements.

 

Malgré la baisse du nombre de contaminés, le virus continue de circuler. Et dans certains départements, il circule plus rapidement.

Emmanuel Macron avait annoncé que des “mesures de freinage” seraient instaurées lorsqu’un département dépasserait le seuil de 200 cas par jour pour 100 000 habitants.

Et les Pyrénées-Orientales en font les frais : alors que le couvre-feu n’est plus en vigueur, les bars, restaurants et établissements de plage du département devront fermer à 23h, et ce,  jusqu’au 2 août.

Pour Brice Sannac, président de l’UMIH des Pyrénées-Orientales, les restaurateurs doivent respecter cette nouvelle règle, il estime que les annonces auraient pu être plus restrictives. « La fermeture anticipée à 23 heures ne devrait pas lourdement chambouler les restaurants. Par contre, c’est un vrai coup dur pour les bars et pour l’image de notre département. Mais nous aurions pu également avoir une jauge pour limiter la capacité d’accueil dans nos établissements. Ce qui aurait été catastrophique. On a évité le pire », explique t-il à Midi Libre.

La préfecture de Haute-Corse a, par exemple, décrété la fermeture des bars, restaurants à 23h et une jauge d’accueil limitée à 50%, même en terrasse.

L’Etat a également imposé le port du masque dans les espaces publics des Pyrénées-Orientales ainsi que l’interdiction de consommation d’alcool sur l’espace public en dehors des bars et restaurants.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !