fbpx

L’opposition entre travailleurs et employeurs, ce n’est pas nouveau. Mais depuis quelques semaines, les représentants du secteur sont également en désaccord.

 

Depuis plusieurs mois, les restaurateurs sont en recherche active de travailleurs, mais rien n’y fait. 270 000 employés du secteur ont quitté le secteur depuis le début de la pandémie et ne veulent plus revenir.

Pour venir à bout de ce problème, le gouvernement insiste pour que l’hôtellerie-restauration attire à nouveau de la main-d’œuvre. Il attend des syndicats des propositions, notamment sur la rémunération des salariés.

L’UMIH a reconnu que la grille salariale du secteur était obsolète depuis 2018. Le syndicat a donc décidé de proposer une augmentation des salaires pouvant aller de 6 à 9 % ainsi qu’un 13e mois.

Mais pour le GNI, plusieurs choses sont à revoir. Le syndicat a indiqué ne pas croire à la proposition d’un 13e mois. S’il soutient une augmentation des salaires, le GNI estime que 6 % n’est pas assez. L’augmentation devrait être de 8 % minimum, selon le syndicat.

Enfin, pour le GNI, l’accent devrait plutôt être mis sur l’une des conditions de travail qui repousse les travailleurs : les coupures entre chaque service.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !