fbpx

Alors que les restaurants ont rouvert depuis quelques semaines, un problème persiste : le manque de personnel ! Pour répondre à cette pénurie, des formations express sont proposées, alors bonne ou mauvaise idée ?

 

À chaque problème, sa solution. Face à la pénurie de travailleurs qui frappe le secteur, les écoles de la Chambre de commerce et d’industrie de la Dordogne ont décidé de former.

 

Deux formations sont proposées, la première de cinq jours pour le métier de serveur et la seconde de dix jours pour le métier de commis de cuisine. Ces formations financées et rémunérées doivent permettre au secteur d’embaucher de nouvelles recrues. 

 

Ce sont une vingtaine de personnes qui se sont lancés, huit en salle et douze en cuisine. 

Malgré des conditions de travail compliquées, Nathalie, 45 ans, n’a pas peur du métier : « Même dans le commerce, j’ai déjà débuté à quatre heures du matin et fini à pas d’heure le soir. Après c’est une vie, on l’a choisie, et je serais très heureuse de faire ce métier ».

 

Bien que les métiers de la restauration soient des métiers de passion, ils demandent des qualifications. Des effectifs moins qualifiés peuvent mettre en péril le devenir d’un établissement.

 

Patrick Faurie, professeur de salle, reconnaît que l’apprentissage ne peut être fait complètement : « Pour devenir serveur, suivant les diplômes, cela se fait en deux voire trois ans. Là, le but de la manœuvre, c’est qu’ils soient employés rapidement, donc on ne va pas dans la technologie proprement dite, mais plutôt dans le savoir-faire et le savoir-être » explique t-il à France Bleu.

 

À l’issue de cette formation, les stagiaires participeront à un job dating avec des professionnels de l’hôtellerie-restauration. 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !