fbpx

Dans une semaine, le pass sanitaire devrait être obligatoire dans les bars, cafés et restaurants. Mais certains professionnels se préparent à ne pas respecter cette règle.

 

Pour accéder à un établissement, les clients devront avoir en leur possession un pass sanitaire valide. C’est soit un schéma vaccinal complet, soit un test négatif de moins de 48 h, soit un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination au covid‑19.

Cette nouvelle contrainte, certains restaurateurs ne veulent pas s’y plier. “Je ne connais pas, je ne sais pas ce que c’est. Je ne demanderai pas aux gens. On demande aux femmes leur âge ? Et quand je suis plein comme le vendredi soir et le samedi soir, ne croyez pas que je vais mettre quelqu’un à la porte. Ici c’est des serveuses, elles ne sont pas là pour faire le flic devant la porte” explique Yannick, gérant d’une crêperie, à BFM TV.

D’autres comme Cherif, réfléchissent à la fermeture : « Si je vois qu’une grande majorité n’aura pas le pass, alors ça ne servira à rien d’ouvrir. Autant fermer vu qu’il y a encore le chômage partiel. C’est juste un calcul » explique-t-il.

Alors que l’objectif du pass sanitaire est de freiner la propagation du virus et d’encourager la vaccination, il met, finalement, en péril les activités des professionnels du secteur.

De nombreux restaurateurs ont décidé de se tourner vers Animap, un site répertoriant les restaurants (et autres lieux) où le pass sanitaire ne sera pas exigé à l’entrée.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !