fbpx

Depuis le 9 août, les gérants de cafés, bars et restaurants exigent un pass sanitaire de leurs clients. À l’aube de la rentrée, le bilan est mitigé.

 

Le mois d’août a été marqué par la mise en place du pass sanitaire dans les cafés, bars et restaurants. Sans ce précieux sésame, aucune chance de se rendre dans un établissement.

 

Après plusieurs semaines de mise en place, le bilan est mitigé.

 

Chez certains restaurateurs, le contrôle des pass sanitaire inquiète encore : il fait fuir les clients récalcitrants et accentue la pénurie de personnel que subit le secteur.

 

Des restaurateurs interrogés par Libération affirment que la fréquentation de leurs établissements aurait chuté comparé aux mois d’août 2019 et août 2020.

“La baisse est limitée sur la côte. Mais en ville, notre chiffre d’affaires s’est effondré de 40 à 50 %, alors qu’août est traditionnellement le mois le plus rentable de l’année. Quand les touristes repartiront en septembre, il est possible que les tendances s’inversent” explique l’un d’eux à Libération.

 

Pourtant, Hervé Becam, vice-président de l’UMIH, interrogé par Europe 1, estime que le bilan est “plutôt positif et plutôt bon”.

 

Seule ombre au tableau pour lui : les terrasses. Pour les professionnels, exiger le pass sanitaire aux terrasses n’est pas justifié. “C’est difficilement compréhensible pour les clients, mais c’est aussi quasi impossible à contrôler pour nos collaborateurs et nos salariés. Quand la terrasse est très grande, il y a plusieurs possibilités d’entrer sur la terrasse » conclut Hervé Becam.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !