fbpx

Le temps passe et les problèmes se ressemblent dans le secteur. Toujours plus de demandes, mais toujours pas assez de travailleurs. Les salariés attendent plus !

 

Encore une fois, des syndicats du secteur se sont réunis. Ils s’inquiètent de la pénurie de main-d’œuvre qui s’est accrue durant la pandémie et attendent du changement.

Pour attirer dans le secteur, la CGT et la FO ont plusieurs propositions :

  • Salaire minimum 

Alors que le salaire médian est estimé à 1 500 euros, les syndicats du secteur réclament la création d’un salaire minimum de 1 800 euros ainsi qu’une augmentation de 10% des salaires.

  • 13ème mois

Les syndicats souhaiteraient voir l’instauration d’un 13ème mois. Cette proposition serait mise en place sur plusieurs années afin de ne pas fragiliser les finances des établissements.

  • Prime de coupure

On le sait, la coupure entre chaque service est l’une des choses les plus pénibles, surtout pour les salariés qui n’habitent pas près de leur lieu de travail. Les syndicats souhaitent qu’une prime de coupure soit perçue pour les heures perdues entre chaque service.

  • Les dimanches

Avoir une vie de famille ou voir ses amis lorsque l’on travaille en restauration est chose quasi impossible. Pour y remédier, les syndicats veulent réorganiser l’amplitude horaire. Ils souhaiteraient qu’un ou deux dimanches soient accordés aux employés.

Les employeurs qui ne seraient pas en mesure d’accorder cette journée pourraient alors verser des heures majorées, comme pour les heures supplémentaires et les heures de nuit.

Du côté du GNI, on reconnaît que les conditions de travail et les rémunérations doivent être discutées, mais le président du GNI, Didier Chenet, se dit “choqué” par la prise de parole d’Elisabeth Borne, qui a invité le secteur à se remettre en question.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !