fbpx

Depuis des années, le secteur manque de bras. Le gouvernement s’est donné pour mission de le rendre attractif et il commence par traiter la question de la rémunération.

 

Depuis le dĂ©but de la crise, les clients utilisent de moins en moins de liquide pour payer au restaurant, ils privilĂ©gient la carte de crĂ©dit. Cette habitude n’arrange pas les affaires des salariĂ©s qui voient le pourcentage de pourboire reçu baissĂ©.

Pour remédier à ce problème et rendre le secteur plus attractif, Emmanuel Macron a annoncé la défiscalisation des pourboires versés par carte bancaire.

Du cĂ´tĂ© de l’Umih, on se rĂ©jouit de cette nouvelle : “c’est quelque chose que nous demandions depuis plusieurs annĂ©es, beaucoup de pays le font. Cela va inciter les jeunes Ă  venir dans nos mĂ©tiers et inciter les clients Ă  reconnaĂ®tre la qualitĂ© du service”, a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Roland HĂ©guy, prĂ©sident de l’Umih.

Pourtant, cette nouvelle divise. Certains professionnels soulignent qu’aujourd’hui le pourboire ne permet pas d’arrondir les fins de mois. Pour François Lenglet, journaliste spécialisé en économie, ce n’est pas aux clients de prendre en charge l’augmentation des salaires, mais aux employeurs. 

Enfin, même versés en liquide, les pourboires ne sont généralement pas déclarés, alors qu’ils devraient l’être. Il sera donc difficile pour l’administration fiscale de constater si ce changement aura un réel effet.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !