fbpx

Depuis la reprise, c’est la pénurie de main-d’œuvre. Pour y remédier, certains restaurateurs commencent à mettre le bien-être des travailleurs au cœur de leurs préoccupations.

Ce n’est pas une nouveauté, il y a des conditions de travail qui sont inhérentes au secteur de la restauration. Parmi elles, les horaires de travail.Avec des services qui tournent jusqu’à 23h, les salariés du secteur qui restent souvent debout, cumulent les heures de travail… et de fatigue.  coupure famille

Pour y remédier, le chef Éric Guérin a décidé d’améliorer les conditions de travail de ses employés pour préserver les emplois.

 » Le monde bouge (…) alors pourquoi la restauration reste-t-elle ancrée sur ses vieux principes ?  » explique le chef sur Instagram. Il annonce alors la fermeture le soir à minuit de son restaurant pour “ respecter le bien-être des équipes « .

Lancée par le chef, cette initiative a été reprise par plusieurs autres restaurateurs qui ont également décidé de fermer leurs établissements plus tôt.

C’est le cas du chef Florent Layden, qui s’est exprimé chez Brut :  » L’idée finalement chez moi, c’est d’améliorer le bonheur au travail. (…) Et ça va passer, par exemple, par raccourcir le temps de travail sur une semaine, en heures peut-être, mais surtout en temps de travail ».

Pour Franck Trouet, porte-parole du GNI, cette initiative est un premier pas vers le changement. « La question que se pose les restaurateurs maintenant, c’est : moi, professionnel, avec des équipes à flux tendu et des conditions d’emploi difficiles, qu’est-ce que je peux faire pour améliorer cela ».

Bien que la restauration soit un métier de passion, pour le porte-parole du GNI ce n’est pas une raison pour imposer des conditions de travail difficiles.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !