fbpx

Depuis le 9 août, le gouvernement impose la présentation d’un pass sanitaire valide pour se rendre au restaurant. Face à cette nouvelle restriction, des voix s’élèvent et certains restaurateurs tentent de contourner le système.

 

“Restaurateur, pas policier”, c’est le slogan que revendique les professionnels du secteur. Nostalgiques de la période avant-covid, accueillir des clients dans leurs établissements n’est plus si simple. Depuis le 9 août, le gouvernement contraint la profession à contrôler la validité des pass sanitaires.

 

En plus d’être contraignante, cette restriction est considérée comme une atteinte à la liberté individuelle.

 

Pour y remédier, un restaurateur des Alpes-Maritimes a décidé de contourner la loi. Il loue des tables de camping, baptisées “tables anti-pass”, afin de permettre aux réfractaires de s’y attabler.

 

« L’idée m’est venue cet hiver quand on était fermé et que l’on faisait de la vente à emporter. J’en ai acheté dix au total. Les clients les prennent et ils se mettent où ils veulent. Tous ceux qui n’ont pas le QR Code, pourront prendre nos plats à emporter et manger plus loin ou carrément les embarquer pour un pique-nique dans la nature », explique le restaurateur chez Nice-Matin.

 

D’autres restaurateurs ont, eux, décidé de miser sur la vente de plats à emporter. « Nous avons continué le surplace en juillet. Mais nous avons décidé d’arrêter avec l’application du pass. C’est contraire à mes idées. Je me refuse de rentrer dans ce système de contrôles permanents. C’est impossible à gérer », explique un restaurateur à France Bleu.

 

Pour rappel, le manquement à la vérification de pass sanitaire peut entraîner une amende pouvant aller jusqu’à 9 000 euros.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !