fbpx

Les salariés fuient le secteur. En cause : des conditions de travail difficiles et des salaires trop bas. Mais en cas de revalorisation des salaires, qui paiera la note ?

 

Ces dernières années, la restauration n’attire plus. Pour redorer l’image du secteur, le gouvernement veut que le métier soit revalorisé, en passant notamment par une augmentation des salaires.

Pour Elisabeth Borne, c’est surtout aux professionnels du secteur de faire un effort : “J’attends de ce secteur qu’il puisse nous présenter une feuille de route, avec un calendrier, et qu’il y ait des avancées concrètes pour les salariés du secteur très rapidement, très clairement avant la fin de l’année.”

S’il doit y avoir augmentation des salaires, certains professionnels ont déjà prévu d’augmenter les prix de leur carte.

Mais pour la FGTA-FO hôtels, cafés, restaurants, ce n’est pas la solution : il ne faut pas donner “la patate chaude aux clients pour compenser les très faibles rémunérations des salariés”. 

Pour la CGT, c’est aux professionnels de mettre la main à la poche. La CGT demande notamment aux employeurs de faire passer les salaires bruts à un salaire de 2 000 euros pour les minimas conventionnels, mettre en place un 13ème mois, offrir des primes d’ancienneté et de coupure et enfin majorer les heures supplémentaires, de nuit et de week-end.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !