fbpx

Déjà plusieurs années que les travailleurs pointent du doigt les conditions de travail du secteur. Cette fois, le gouvernement s’en mêle. 

Depuis des années, les professionnels peinent à trouver des salariés. Cette pénurie s’est accentuée depuis le début de la crise sanitaire, alors le gouvernement s’empare du problème.

Il y a quelques jours, Elisabeth Borne relevait le besoin de revalorisation salariale dans le secteur. 

Cette fois, c’est le Premier ministre qui prend le relais de la ministre du travail. Pour lui, le manque de main d’œuvre est le résultat de conditions de travail inchangées.

Jean Castex attend des professionnels l’ouverture d’échanges sur les salaires.

« Il s’agit de travailler sur les conditions de travail, sur la valorisation des métiers, sur le temps partiel, sur la promotion professionnelle mais aussi sur les salaires, notamment sur ce qu’on appelle les minima de branche, a fortiori lorsque ceux-ci sont inférieurs au Smic », a détaillé le Premier ministre.

C’est dans le cadre de travaux sur la revalorisation des métiers sollicités pendant la crise, que le gouvernement s’est penché sur la rémunération des travailleurs du secteur.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !