fbpx

Depuis le 30 août, tous les salariés doivent avoir en leur possession un pass sanitaire valide pour pouvoir travailler. Cette nouvelle restriction inquiète une majorité des professionnels du secteur.

 

Les restaurateurs ne le voulaient pas, mais ils vont devoir endosser le rôle de policiers dans leurs établissements. Depuis le 30 août, ils sont contraints de vérifier que chacun de leur salarié est en possession d’un pass sanitaire valide.

 

Sans ce fameux sésame, impossible de travailler. La situation n’arrange ni les salariés, ni les employeurs, d’autant que pour certains, la vaccination n’est pas envisageable.

 

Dans une pizzeria d’Aix les Bains, un seul salarié refuse ces nouvelles contraintes :  « il n’a pas envie de faire le vaccin, ni de se faire tester, donc il ne continuera pas chez nous très longtemps » explique le responsable de salle à France Bleu.

 

Dans un autre restaurant, une autre solution a été trouvée. « Il est là jusqu’à fin octobre et nous ne voulons pas le perdre. Il sera à la plonge, un poste à l’écart dans la grande cuisine… pour éviter de le pénaliser  » explique la co-gérante du restaurant.

 

Pour rappel, si un salarié se présente sans pass sanitaire, l’employeur risque une amende entre 1 500 et 9 000 euros ainsi que la fermeture temporaire de son établissement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !