fbpx

Les salariés ne désirant pas se faire vacciner vont devoir effectuer un test tous les deux jours. Mais qui prendra en charge le coût des tests s’ils deviennent payants ?

 

Depuis le 7 juillet, les étrangers de passage en France doivent débourser 43,89 euros pour un test PCR et 25 euros pour un test antigénique. Lors de sa dernière allocution, Emmanuel Macron a déclaré qu’ils deviendront payants pour les Français dès cet automne.

Un grand nombre de travailleurs du secteur ne sont pas convaincus par la vaccination, pour travailler ils devront alors se soumettre à un test toutes les 48 h.

Une fois payant, la question se pose de savoir si le test sera pris en charge par l’employé ou l’employeur. 

Selon Benoît Serre, vice-président de l’Association Nationale des DRH (ANDRH), la juridiction voudrait que les employeurs prennent en charge les tests, mais pour lui, « si quelqu’un refuse de se faire vacciner et choisit de se faire tester toutes les 48 heures, ça finira par coûter un peu cher à l’entreprise.”

“Je pense qu’il y a une limite à la prise en charge dès lors que la personne ne se teste pas en attendant de se faire vacciner, mais simplement parce qu’elle refuse de le faire. À un moment, il faudra arrêter la prise en charge », conclut Benoît Serre, invité chez BFM TV.

Pour rappel, dès le 30 août, sans pass sanitaire valide, aucun salarié ne sera autorisé à travailler.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !