fbpx

Les travailleurs du secteur ont jusqu’au 30 août pour présenter un pass sanitaire valide. Face à ce délai, certains syndicats du secteur souhaiteraient que les professionnels puissent avoir un accès prioritaire à la vaccination.

 

Un pass sanitaire valide, c’est soit un test PCR négatif de moins de 48 h, soit une preuve de vaccination. Mais pour les travailleurs du secteur, faire un test PCR tous les deux jours peut très vite devenir contraignant. La vaccination semble alors être la solution.

Lors de sa dernière allocution, Emmanuel Macron a massivement invité les Français à se faire vacciner. Résultat, la plateforme Doctolib a enregistré entre 600 000 et 700 000 rendez-vous, avec un pic de 20 000 rendez-vous pris par minute. 

Alors, pour les travailleurs du secteur qui ont jusqu’au 30 août pour être en règle, trouver un créneau est devenu un véritable casse-tête. 

Pour le président du GNI, les salariés du secteur devraient pouvoir profiter d’un “accès prioritaire aux rendez-vous de vaccination afin de tenir le délai qui pourra être fixé”.

Véronique Gaulon, présidente de l’UMIH de l’Indre et du Cher, a décidé de prendre les devants : “Les centres de vaccination sont pris d’assaut depuis l’annonce du président, je vais donc appeler le préfet et l’Agence régionale de santé pour tenter d’obtenir des places prioritaires pour le personnel de restauration. De même, je vais contacter la médecine du travail pour voir si c’est possible d’organiser cela.”

Les syndicats du secteur espéraient un délai supplémentaire pour l’application du pass sanitaire, mais cette demande n’a pas été entendue par le gouvernement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !